La fête des paysans égyptiens, de Nasser à al-Sissi

La fête des paysans égyptiens, de Nasser à al-Sissi

Le 9 septembre 2023 marque le 71e anniversaire de la Fête des paysans égyptiens, qui coïncide avec l’anniversaire de la promulgation de la loi agraire. Lorsque le défunt leader Gamal Abdel Nasser a promulgué la loi de réforme agraire après la révolution de juillet 1952, le peuple égyptien a célébré la fête des paysans. Cette réforme a permis de redistribuer les terres agricoles des grands propriétaires terriens aux petits paysans. Cette loi se composait de 6 chapitres comprenant 40 articles dont le premier limitait la superficie de terre qu’une personne pouvait posséder à 200 feddans. L’article 4 autorisait les paysans à vendre les terres excédentaires. Le gouvernement égyptien a décidé d’indemniser les propriétaires terriens dont les terres ont été confisquées dans le cadre de la réforme agraire. Pour ce faire, il a estimé la valeur des terres à dix fois leur valeur locative. Il a également ajouté à ce montant la valeur des arbres et des machines présents sur les terres. Ensuite, l’Office général de la réforme agraire a été créé, ainsi que les associations de réforme agraire, qui ont été chargées de confisquer les terres excédentaires, dont la superficie est limitée par la loi à 50 à 200 feddans, et de les redistribuer aux paysans sans terre travaillant sur la même terre à raison de 2 à 5 feddans par personne, afin de les transformer de locataires en propriétaires. Ces paysans devaient rembourser le prix de la terre sur une période de 30 ans, avec un taux d’intérêt de 3 % par an, auquel s’ajoutait 1,5 % du prix total pour couvrir les frais d’installation. La loi de septembre 1952 s’appliquait à 653 736 hectares, appartenant à 1 789 grands propriétaires. Cependant, seuls 372 305 hectares ont été effectivement redistribués aux paysans. Le reste, soit environ la moitié, a été vendu par les grands propriétaires avant que la loi ne soit modifiée en octobre 1953.Les statistiques officielles indiquent qu’entre 1952 et 1969, 989 184 hectares de terres agricoles ont été distribués aux paysans, dont 775 018 hectares ont été expropriés en vertu de la loi de réforme agraire. Ce loi a contribué à résoudre le problème du chômage et à améliorer le niveau économique du paysan égyptien, dans le cadre d'un plan économique parallèle de l'État visant à atteindre l'autosuffisance en produits agricoles. Il a également contribué aux changements positifs qui ont eu lieu dans la vie du paysan égyptien, tels que l'introduction des écoles et des unités de santé dans les villages, l'augmentation du taux de conscience et des taux d'éducation, et l'amélioration des conditions sanitaires et économiques dans les zones rurales grâce à la révolution. Depuis lors, la Journée du paysan égyptien est célébrée le 9 septembre de chaque année, pour qu’il puisse vivre en levant la tête, en possédant sa subsistance quotidienne, en vivant avec dignité dans son pays et en contribuant à son développement.

Récemment, et dans le même contexte, la direction politique en Égypte a accordé une attention particulière au paysan égyptien et au domaine de la réforme agraire. Le président Abdel Fattah al-Sissi a décidé de simplifier les procédures pour les agriculteurs égyptiens, en guise de cadeau, d’appréciation et de gratitude au paysan et au fermier égyptien qui n’a jamais abandonné son rôle, même dans les moments les plus difficiles que le pays a connus, des révolutions, des guerres et des épidémies au fil des siècles. En reconnaissance du rôle du paysan égyptien dans la sécurité alimentaire et de sa contribution significative au développement économique, ces décisions interviennent à l'occasion de la célébration de la fête des paysans cette année. Ces décisions consistent à suspendre la taxe foncière agricole pendant six ans, à lancer le projet de revêtement des canaux d'irrigation, qui a conduit à une augmentation de la superficie des routes et des terres agricoles, à travailler sur le développement de la campagne égyptienne à travers l'initiative «La vie est belle», ce qui conduit à la fourniture d'un réseau routier et d'assainissement pour les agriculteurs, en plus de la fourniture de soins et d'assurance maladie aux agriculteurs, et enfin, à travailler à l'élargissement de la superficie agricole dans les projets nationaux en irrigant quatre millions d'hectares, dont le projet «L'avenir de l'Égypte», qui vise à irriguer 350 000 hectares au cours de la première phase, et à mettre en œuvre la loi sur l'agriculture contractuelle sur certaines cultures.

Son Excellence le Président de la République a également lancé le projet national de stockage des céréales. Ce projet a permis de réduire les pertes de blé et de faciliter le processus de remise des céréales. En plus du projet national de production de semences, qui permettra aux agriculteurs d’économiser de grosses sommes d’argent sur les prix des semences importées. En outre, le gouvernement a travaillé à fournir un prêt «Belto», qui a aidé les agriculteurs et les éleveurs à fournir des capitaux pour eux-mêmes et à acheter des aliments pour animaux et des bovins. Il convient également de noter la décision de Sa Majesté d’exonérer les débiteurs de plus de 25 000 et d'annuler les dettes des agriculteurs, d'alléger le fardeau et de régulariser les terres pour les occupants. Cela s’inscrit dans le cadre des efforts sérieux du gouvernement égyptien pour lutter contre la pauvreté et la misère, pour réaliser la justice sociale et fournir une vie décente aux citoyens égyptiens dans toutes les régions de la République.


Les sources :
Les Paysans : Dr Père Henry Ayrout Alyasouie. 
Les paysans : 
Le livre « Farouk chute de la monarchie en Égypte » 1936-1952, écrit par Latifa Salem
Rapport de la Banque mondiale n° [870-A] sur l’Égypte publié à Washington le 5 janvier 1976, cinq ans et quatre mois après la mort du président Gamal Abdel Nasser.
Le livre (l’effondrement après Nasser, pourquoi ?), écrit par Adel Hussein
L’expérience d’Othman : Abdullah Imam
L’avenir de l’agriculture en Égypte : le Dr. Mansour Abdel Fattah
Témoignage de Magdy Hussein dans le livre « Les témoins de juillet » par Ahmed Hamroush
Mémoires de Sayed Marei – Partie II
L’agriculture égyptienne, de la monarchie au nassérisme